Portrait diplômé : Marc-Edouard Michel, diplômé en Chimie-Génie des Procédés en 2016

Mar 12, 2019
Rencontre avec Marc-Edouard, diplômé en 2016, qui a eu plaisir à intervenir récemment devant les nouveaux étudiants au moment de la rentrée, dans le cadre des tables rondes métiers. Travailler dans le domaine de la formulation a été très tôt le « moteur » qui a guidé ses choix pendant la formation. Très attaché à la « famille CPE », ainsi qu’à ses valeurs, il est heureux de partager son expérience, conscient de l’importance des échanges et des rencontres…

Un parcours de formation construit par étapes, à partir d’un coup de cœur pour la Prépa CPE

« J’ai obtenu mon bac S (option Physique-Chimie) en 2009. Cette même année j’intégrais les classes préparatoires de CPE Lyon. Après trois années de prépa, j’entrais alors dans le cycle ingénieur. J’ai effectué mon année de césure chez AkzoNobel, aux Pays-Bas, avant d’entrer en dernière année. J’ai alors choisi la majeure formulation, que je visais depuis la première année d’ingé. J’ai effectué mon Projet de Fin d’Etudes chez L’Oréal, à Paris, en formulation de gels pour les cheveux.

Grâce à CPE Lyon, à mes choix ainsi que mes différentes expériences, j’ai pu intégrer SNF début janvier 2017. En sortant du lycée, je savais que j’aimais bien la physique-chimie mais je ne savais pas si je voulais réellement travailler dans la chimie. C’est pourquoi j’avais postulé à plusieurs classes préparatoires intégrées ou non, comme l’ECAM ou encore l’INSA. CPE Lyon, quant à elle, proposait un cursus qui me correspondait, tourné vers l’industrie et l’international, avec deux filières, électronique-informatique et chimie. Je pouvais donc choisir un peu plus tard ma voie. Petite anecdote qui a fait la différence, je me rappelle avoir visité les classes préparatoires de CPE à Saint-Just l’année de ma terminale. C’était lors de la journée du lycéen. Ce qui m’a marqué, c’est d’abord d’être reçu par le directeur de la prépa qui était M. Bois à l’époque, ce qui n’avait pas été le cas dans d’autres prépas. Ensuite, il m’avait fait visiter les locaux et je me suis retrouvé dans son discours. J’ai senti que CPE Lyon me correspondrait. »

Avec un projet professionnel autour de la formulation

« En fin de classes préparatoires, j’ai travaillé sur un projet qui consistait à comprendre comment, en travaillant à l’échelle microscopique, on pouvait donner des propriétés macroscopiques à un matériau. Concrètement, nous avions travaillé avec les élastomères auto-cicatrisants développés par Arkema. J’ai été bluffé de voir que la chimie permettait de développer un produit qui plus tard pourrait permettre à des pneu La lettre d’information des ingénieurs CPE Lyon, ICPI & ESCIL - «7» compris que la formulation était faite pour moi, j’avais trouvé mon moteur. En école d’ingénieur, j’ai compris que la formulation était au cœur de l’innovation des entreprises de la chimie. J’ai donc développé ma capacité à travailler en groupe, à apprendre des autres et mener des projets collectifs. En fait, je savais dès le début de l’école d’ingénieur que je voulais aller en formulation. Je savais aussi que j’allais devoir attendre les modules semi-optionnels de 4e année avant de pouvoir vraiment faire de la formulation. J’ai donc pris mon mal en patience tout en me focalisant sur mes stages qui m’ont confirmé mon intérêt pour ce domaine de la chimie. Je travaille maintenant chez SNF comme ingénieur développement de produit. Je fais donc toujours de la formulation. »

Et des expériences dans les assos étudiantes qui boostent la confiance en soi

« J’ai participé à la fin de ma troisième année au renouvellement de la Chorale de CPE Lyon avec plusieurs collègues. Nous voulions complètement casser les codes de la chorale et redonner un élan à cette association qui était alors en perte de vitesse. Les Key’Tones ont vu le jour. Avec un répertoire actuel, dynamique et attractif. Nous avons plus que doublé le nombre d’inscrits à la chorale l’année suivante. Durant mon année de césure, j’ai vu depuis les Pays-Bas que la chorale avait été conviée à chanter à la remise des diplômes de CPE. Depuis, les Key’Tones continuent leur chemin et partagent leurs ondes positives dans l’école lors de représentations régulières. Nous gardons un œil bienveillant sur eux, et je dois dire que nous ne sommes pas peu fiers de voir que cette association est partie pour durer. J’ai aussi intégré en cinquième année le board de la Journée des Métiers, en tant que chargé de communication. Ce fut une chance incroyable de pouvoir travailler en groupe sur un projet ambitieux, au contact du monde de l’industrie. Dans les deux cas, ces expériences m’ont donné une grande confiance en moi. Mais aussi une capacité à travailler en groupe, à gérer des situations parfois difficiles, des imprévus. J’ai appris à prendre du recul sur mes choix et mes jugements, à ne pas avoir peur de l’échec, à savoir en tirer des conséquences et rebondir. Finalement j’ai découvert des personnes, toutes différentes. J’ai compris que l’ingénieur n’est rien tout seul, que l’on a tous nos points forts et nos points faibles et que le travail de groupe a pour vocation de tirer le meilleur de chacun pour réaliser quelque chose d’encore plus grand. »

Son métier aujourd’hui, c’est…

« Je suis responsable de projet en R&D. Je développe des produits en laboratoire, répondant à des critères de coûts et de performance. Je suis en charge du sourcing des matières premières, de la formulation, des essais pilotes. Je rencontre des fournisseurs et des clients. Je me déplace donc régulièrement en France, en Europe et dans le monde. Je suis aussi en contact régulier avec les équipes commerciales, achats, réglementation et production. Nous choisissons l’orientation du projet en fonction des choix stratégiques de l’entreprise et du marché. Nous travaillons de manière très agile et dynamique. C’est très motivant de pouvoir suivre toute la chaîne de création d’un produit. Sur le plan technique, mon prochain challenge est de mettre en production mon premier produit, qui a validé tous les tests pilotes. J’espère que ce sera le premier d’une longue série. Mon projet est sur le long terme et chaque jour est un nouveau défi car tout est à construire. J’ouvre donc grand les yeux et les oreilles. J’apprends de mon métier, c’est le plus important pour l’instant. J’espère pouvoir développer rapidement ma gamme de produits et ainsi rendre la confiance que l’entreprise a placée en moi. »

Le plus des diplômés CPE : l’ouverture scientifique et personnelle

« Tout au long de ma scolarité j’ai croisé des personnes, des professeurs, des collègues, qui m’ont tous apporté quelque chose sur le plan humain. Ces choses qui, mises bout à bout, permettent de savoir qui l’on est et où l’on va. Quand on sort de prépa, on a l’impression d’être en quelque sorte formaté à des raisonnements, à une rigueur. On a travaillé dur, on sait que l’on aborde le cycle ingénieur et qu’il faudra maintenir les efforts. Ce sont les rencontres, les échanges, la capacité à se projeter en écoutant l’expérience de quelqu’un qui permettent de faire ces efforts pour être finalement récompensé. C’est pourquoi j’ai accepté de partager ma petite expérience scolaire, qui m’a mené d’un redoublement de prépa, à un PFE réussi chez L’Oréal ! Je suis très heureux de faire partie de la famille CPE Lyon. Partout où je suis passé on m’a toujours dit du bien des ingénieurs de CPE Lyon . Je crois que notre force est notre capacité à intégrer et comprendre le milieu professionnel. Notre ouverture scientifique et personnelle nous permet de nous différencier dans l’entreprise. En choisissant d’être ingénieur, nous portons des responsabilités et CPE Lyon nous y prépare bien. J’espère que tous les diplômés prennent du plaisir dans ce qu’ils font, en tout cas c’est ce que je souhaite à tout le monde. J’aurai grand plaisir à lire vos expériences sur la plateforme dédiée aux alumnis ! »


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.